Un projet en construction, entre reportage intimiste et exposition grand format, entre exploration numérique et procédés anciens

Comment les femmes culturistes explorent les lisières inconnues de la féminité, à corps perdu, comme on sculpte “à cire perdue”, en évidant

C’est une zone dangereuse et sans revendication si ce n’est celle de … l’évidence

J’engage ma fascination pour les démarches qui mettent le corps en jeu, tout le corps, sans y mettre les mots et sans idée de retour : les danseurs, les toreros, les personnes transgenres, les bodybuilders sont mes amis

À rebours des poncifs, ce qu’affirment les femmes culturistes, c’est leur ultra-féminité. Elles gagnent de la liberté, simplement en expérimentant leur corps, sans besoin d’idéologie. C’est de ce côté-là que nous avons aujourd’hui le plus d’espace d’humanité à conquérir

Chaque prise de vue sera l’aboutissement d’une rencontre, mon travail d’artiste ne consistera pas à faire poser des modèles mais accompagner chacune à la rencontre de sa propre image

Nous irons lentement. Nous irons aussi grand et large

C’est une confrontation entre prise de vue d’esprit très numérique -avec post-production importante- et tirages très grands-formats aux procédés anciens (collodion)